La tendresse:

 

Une chose à savoir quand on est débutant : les premières fois sont souvent « décevantes »,

voire, ratées, dans le sens où on s’en fait tout un plat, et que au final, le jour J, on est trop maladroit / inexpérimenté / stressé pour que ce soit le feu d’artifice auquel on s’attendait. 

 

 

Relax les branleurs !

 

 

La règle de base :

 

Si vous n’êtes pas testés ou pas fidèles, utilisez TOUJOURS un préservatif. On peut avoir un plan cul magnifique avec une bombe sexuelle, si on ne se protège pas et qu’elle a le sida, on l’attrape même si elle est parfaite, et la vie s’arrête là, bêtement.

  • Prendre les choses en mains: les filles aiment bien que ce soit le mec qui «domine» (il ne s’agit pas d’être violent, mais bien de «diriger»): ne soyez pas un mou.
  • Ne pas faire le marteau piqueur non stop: changer de vitesse et d’angle de pénétration: les filles aiment particulièrement qu’on «aille dans les coins».
  • Ne pas être trop brutal: certaines positions peuvent irriter, voire blesser le vagin de la fille, qui est assez fragile. Allez-y donc franchement, mais soyez donc attentif à ses réactions, et n’insistez pas si elle a mal.

 

Avec le temps, vous aurez plus d’expérience et de confiance, et votre vie sexuelle s’enrichira et s’épanouira pour votre plus grand plaisir. Vous pourrez alors essayer de nouveaux jeux sexuels, de nouvelles pratiques sexuelles.

 

 

et au ptit dej’ vous serez fier comme un cop…bande de Chapon !

 

Mais l’amour, c’est aussi …….La tendresse, le moment régressif qu’on voudrait imposer à notre partie féminine, l’hésitation de la main, le trouble des doigts, le coté mamour quoi. On est tout guimauve, tout mimi craquant gnian, gnian. La tendresse. Une rose sans les épines. On se prend dans les bras avec le souffle tout court, le cœur bat la chamade et puis c’est doux la tendresse. C’est de la ouate. Ouais, ouais, la tendresse et le ridicule sont cousins.

 

Mais pourtant, la tendresse n’est pas l’état de chiffon tant espéré après l’exaltation des sens. Le cul quoi. Car quand je la lis sans hypocrisie et que son ambition est de se faire attraper, bousculer, basculer, culbuter en profondeur et sans réserve, on sent plus une envie d’être bien empoignée qu’une envie de bonbon sucré. La tendresse est l’abat-jour de la passion.

 

Bah oui, commencer à vouloir dissocier la tendresse d’un ensemble est le signal de la fin de l’amour. Parce qu’en somme, je ne connais pas un acte sexuel bien fait sans tendresse, même au plus fort de la mêlée !… et le « …et tu me défonces » qu’elle écrit est une pudeur tendre de son envie d’être entreprise. Bah oui messieurs, réveillez vous, la femme ne dira pas ces choses là, mais je vous rappelle que si elle attend de la délicatesse courtoise et des bonnes manières avant et après, elle n’espère que de la sauvagerie pendant… Ma tendresse est de le savoir.

 

Et bonnes bizouilles chez vous !

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s