Il prit sa plume de rage et entendit l’encre crier.

tumblr_o2abwdWRUE1r5mggso1_1280

Pénélope, l’araignée
Tissait toutes les nuits
Travailleuse épanouie
Une toile d’or tressée.

Le cafard, François
Qui voulait être roi
Sur son trône le jour
Chiait sur toute la cour.

Il aimait comploter.
Son âme était si noire
Comme celle d’un cabinet
Sorti droit d’une histoire.

Dans son étroit costume
Il suintait les mensonges
Son égo comme enclume
L’arrogance comme éponge.

Les sourcils en bataille
Il voulait guerroyer.
Ecraser la gueusaille
Et écus amasser.

Ses rêves bien trop fous
Son âme si corrompue
Il comprit que l’issue
Serait de finir au trou.

Fillons, ma Pénélope
Dit-il à l’araignée
Avant que l’on nous chope
Et de se faire épingler.

Son envie de tisser
Soudainement passée
Péné fila dare-dare
Avec le cafard noir.

Il n’y a pas de moralité
A cette petite histoire
Tous les gens de pouvoir
N’en étant pas dotés.

Si les hommes politiques sont des corrompus, les hommes poétiques sont souvent des cœurs rompus.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s