Et là me prend une envie de chair grillée, une viande fondant sous la langue, le goût du sang… Qu’on m’apporte un sanglier !

nat3.jpg

Dans mon souvenir, il faisait toujours beau le dimanche matin, à la campagne. Pour peu que nous nous soyons réveillés tard, sans plus d’espoir donc de trouver une boulangerie ouverte à moins de 7 km, nous allions, tenaillés par la faim, faire un tour au marché du village le plus proche, Autun. Il fallait se frayer un chemin dans la foule, au travers des stands de fromage, de copies de cassettes (oui, des cassettes…) de chansons populaires, d’antiquités, de bibelots divers. Mais le graal était là, le camion de sandwichs avec son gros rôti de porchetta toute dorée, ce cochon de lait parfumé d’aromates et longuement rôti à la broche qu’on sert en tranches fines dans du pain croustillant. La viande était moelleuse, parfumée et poivrée, entourée d’un délice de couenne craquante. 

J’en ai gardé une grande nostalgie – chacun ses madeleines.

Elle ne sera jamais meilleure que le dimanche matin à la campagne, la porchetta, c’est sûr…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s