Chronopyromane, je crame mon temps de vie en flambant les secondes à grands coups de réflexion stupide.

Tandis que je mange des chips maison, les poils de mes narines frémissent subrepticement à l’odeur du basilic, ce qui a le don de faire voyager mon esprit.

Fermez les yeux, vous êtes à Rome, sur le balcon, à l’ombre de l’auvent. Au loin, la chaleur de midi rend les pins parasols presque transparents. Le vent marin diffuse le parfum du basilic à larges feuilles planté dans les jardinières, pratiquement à tous les étages.
Le goût du café encore en bouche…

rt.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s