J’aime les corps intranquilles, entre l’indolence de l’été et la moiteur des nuits indécentes.

L’Envie

Obnubilante.

J’ai ces idées, ces images, ce désir qui me bouffent le cerveau depuis ce matin, je pense à Elle toutes les deux secondes, à son corps, à son odeur, à sa voix, à son souffle dans mon cou. Il ne faudrait jamais connaître cette sensation, quelques heures d’envie, quelques minutes de plaisir pour deux secondes orgasmiques et le manège reprend. Elle partage mon lit chaque soir, je la désire avec tant d’intensité, je ne sais même pas si elle le sait, si elle s’en rend compte. Je freine mes ardeurs par les mots pour éviter de lui faire peur. C’est effrayant le désir il paraît.
Alors je me tais, j’attends, je me consume de l’intérieur.
Je vais finir à ce rythme en combustion spontanée.
Il se passera bien quelque chose avant.

vacance

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s