Je ne vais pas tarder moi.

J’adore cette expression, « je ne vais pas tarder, moi… »

J’ai un ami, une connaissance, quand il dit cela à 16h30, il n’est pas exclu qu’il soit encore à son bureau à 19h30. Pourtant quand il le dit, je suis sûr qu’il y croit. Sans doute pense-t-il possible de ne pas tarder. Et puis je ne sais par quelle magie, les choses s’enchaînent et il reste. Si cela n’arrivait qu’une fois, je prendrais cela pour un concours de circonstances. Mais c’est à chaque fois la même chose. Il tarde.

ducati

Pour ma part, au moment où je prononce le mot « tarder », je suis déjà sur mon longboard. Cela stresse mes proches et j’en suis navré. Ils savent que quand je dis ça, c’est plié. Fin d’un service, fin d’une réunion, fin d’un moment. Psychopathie qui ne se règle pas. Je pars. Dans ma tête je suis déjà ailleurs. Physiquement, cela ne va pas tarder.

Deux façons de voir le monde ? J’ai toujours admiré ceux qui se laissaient déborder par le temps. Les détendus du rendez-vous. Ceux qui vous disent « je viens de partir » quand ils sont encore sous la douche, pendant que moi j’attends, en avance d’une demi-heure. J’admire ceux qui tardent. Je sens que je pourrais essayer en grandissant. Forme de maturité peut-être ? Ça ne devrait pas tarder…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s