Et moi, oisif, sur mon balcon, j’attends que les minutes me pressent pour aller bosser à mon tour….

Je sais pas vous, mais moi, le vélo, ça me laisse rêveur.
Enfin, les filles à bicyclette. Pas la bécane, hein, le truc avec du métal ou de la fibre de carbone.

Et je bénis le Vélov. Depuis qu’il est arrivé, y’a vachement plus de nanas, jeunes. Avant, le biclou, c’était un truc de vieux ou de sportifs. Maintenant, c’est juste un moyen de transport urbain. C’est pratique. Plus de métro, pas de bus, pas envie de payer le taxi ? – Prend un vélo.
En fait si j’aime le vélo, c’est parce que je ne le vois pas. Je ne le vois plus. Il ne reste qu’une silhouette. Des jambes qui s’agitent dans une position qui galbe le mollet. Une jolie bottine qui fait des pointes sur une pédale. Une jambe qui prend appui au sol et qui fait une jolie cambrure. Une paire de gambettes qui se lèvent en danseuse pour donner un coup d’accélérateur, tête en avant et fesses légèrement en arrière.

Pédaler, ça impose aussi de faire court, côté bas. Alors on oublie la robe paysanne, ou le jogging trop large. Dans les rues, c’est plutôt jupe courte, short, slim ou pantalon serré. Même si le haut continue de tout dissimuler. Un festival pour les yeux. Et puis ça laisse la cycliste à hauteur humaine. C’est pas comme si elle était haut perchée. Ou comme si elle était tassée dans un siège de bagnole. Derrière une vitre. Là, si tu veux lui parler, tu peux.

En plein hiver, c’est marrant de voir en plus les bonnets, les écharpes, les joues rouges de froid, le gros pull ou le manteau. Et ces jambes qui s’offrent aux regards des passants. Anachronique. Y’a un truc un peu nostalgique. Un petit air de douce France. Une petite musique qui sent bon le sud, les vacances. Un truc qui sent le café en terrasse même quand ça caille. Bobo ? Peut-être. Mais je t’emmerde, toi et ton 4×4 avec pare-buffle extérieur (alors que le bovidé se trouve au volant) en pleine ville.

ghj

Moi, je vois défiler ces jolies silhouettes dans des positions suggestives. Enfin, suggestives malgré elles. Un truc innocent. Un truc qui file le sourire. Un truc léger.

Un truc qu’on retrouve pas dans la trottinette.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s