Tu, émoi. Tu es moi. Tu hais moi. Tuez-moi : Le Charme

char

Un jour, deux protubérances inséparables vinrent s’installer entre la gorge délicate et le ventre doux. Bien installées, moitié au chaud et moitié plein air, les roucouleuses prenaient leurs aises. Les mains, qui se promenaient par là, s’étonnèrent de la position bien provocante des rondeurs nonchalantes.

– Mais que faites-vous, pigeonnant au balcon ?

– Allons, vous le voyez bien, nous nichons !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s