Il te restera toujours tes rêves pour réinventer le monde que l’on t’a confisqué.

Je prépare le café dans l’aube Lyonnaise, j’allume mes yeux pour la journée, je branche mon cerveau. Je m’aperçois qu’une fille dort sur le lit de la salle à manger. La veille après notre excursion épuisante, j’ai ramené tout le monde ici. J’ai ouvert toutes les portes, tout les matelas, distribués des couvertures, des oreillers, et puis après quelques verres j’ai senti une fatigue immense. Je les ai tous laissé la et je suis allé me coucher.
J’embarque mon café sur le balcon, et je commence à penser à mon amie endormie, avec la musique sur les oreilles dans le petit matin lyonnais.

wind

Je m’évapore dans tes émotions, je me noie dans  tes yeux couleurs vert/marron, je me faufile près de toi, je pose mes mains sur ton coeur pour le retenir, je me dérive sur ton corps si fragile, je m’inonde de tes larmes, je me cascade sur tes rires en pagaille, je dénoue tes cheveux pour y fondre mes yeux. On prend un petit déjeuner rapide, il pleut dehors, la fille qui a dormi sur le matelas me dit que je suis génial, Julien approuve, quand vous aurez fini de me palucher je leur dis, vous irez vous lavez bande de petites choses sensibles. Pendant qu’on descend vers le second arrondissement de Lyon.


Je connais bien cette petite fraîcheur qui tombe, ce frisson qui s’estompe. L’heure est passée. J’attend la suite.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s