I’ve had a dream

J’ai souvent le sentiment que ma vie est un songe. Je me souviens avec une netteté parfois époustouflante de mes séquences oniriques : de petits détails, des impressions, des sons, des odeurs, des textures… Il arrive que mes rêves prennent corps. En particulier, c’est le cas de certains rêves érotiques.

Je devais venir chez toi quelques jours pour me mettre au vert. Il fallait que je te voie. L’attirance physique était réciproque, déclarée et nos sensualités s’accordaient particulièrement bien, du baiser au contact de peau. Cette attraction sensuelle était fortement sexuelle et quelques nuits avant mon arrivée, j’ai fait un rêve particulièrement chaud. Du genre qui te réveille sur une béquille qui ne risque pas de retomber toute seule.

Au pays de Morphée. Ta porte. Il fait chaud. Je toque. Tu ouvres dans un déshabillé à fleurs et m’embrasse sur le pas de la porte et me tire par la taille pour me faire rentrer. Tu as conservé la maison dans la pénombre à cause du soleil qui tape doucement en cette fin de saison.

han

A travers les persiennes, on aperçoit le village étouffé de chaleur pendant que je te serre tes hanches. Il n’y a aucun son dans cette scène. C’est à ce moment-là que je me suis réveillé, tout émoustillé. Enfin, non. Excité. Brûlant de désir.

Les semaines ont passé et me voilà après quelques heures de route. J’avais posé mes affaires dans un coin du salon. Il faisait beau, c’était l’été et pour conserver le frais, tu avais fermé les persiennes. De cette maison dans une tour, on voyait s’étaler en contrebas une forêt d’épineux jusqu’à cette grosse usine du cœur de ville. On s’est préparé une grande salade pleine de bonnes choses en musique avant de passer au salon.

On a fait une pause pour débarrasser et ouvrir les fenêtres pour faire enfin rentrer la fraîcheur apaisante de la nuit et admirer le village illuminé. Je passais le plus clair de mon temps à admirer ses jambes et ses jolis pieds. C’était nettement plus excitant.

Quelques gestes de la main et un regard on suffi à comprendre que je voulais ton corps, là, maintenant, et réciproquement. Tu t’es levée du canapé pour t’appuyer contre le bord de fenêtre. Tu avais l’air d’écouter le bruissement des feuilles en sentant sur ton visage un petit souffle frais qui faisait voleter tes cheveux

Tout ce que je voyais, moi, c’était une croupe offerte sur deux jambes solidement ancrées au sol…….Tes cris deviennent rauques et je prends le temps de rouvrir les yeux pour profiter du paysage. S’aimer, c’est regarder ensemble dans la même direction. La vue sur l’église, et sa cloche qui résonne les 20hoo,  rajoute une touche de blasphème, ou au contraire sublime ce coït en lui donnant un caractère de dévotion.

hair

Tu sais que j’ai rêvé à peu près de ça, d’une situation qui y ressemble. Je t’ai raconté mon rêve il y a quelques jours. Je le vis cette nuit.
Epuisés, un peu en sueur, on s’est effondrés sur le grand lit dans ta chambre pour rire et parler un peu. C’était cool. C’était bon. C’était simple. Ce sera un drôle de souvenir.

Il y a 50 ans, un pasteur d’Atlanta racontait publiquement l’un de ses rêves. Cela a entraîné son assassinat.

Les miens, eux, se réalisent parfois. A quelques détails près…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s