Je n’irai pas cueillir des fleurs, je t’emmènerai à leurs côtés.

Pendant que tu es au bureau, dans le village d’écuisse avec des plans recouvrant ton espace de travail et un visage fatigué, j’erre un peu dans les rues de lyon, en voulant désespérément dépasser mon ombre. Je me souviens du visage de cette fille quand dans les rues de cette ville française, elle m’avait dit des mots qui pansent.

Pendant que tu es au bureau, je dérive sur des rêverie, quittant mon environnement bruyant pour je ne sais plus trop où.

J’aimerais un peu m’asseoir et regarder près de toi la tour eiffel qui s’éteint et s’allume et ce serait tellement fabuleux de regarder tes yeux qui s’éclairent et s’allument.

Pendant que tu es au bureau, qui te prend tes forces peu à peu, je rêve a nos vies suspendues l’une a l’autre, je rêve que nous sommes aussi dans les rues de rome.

ROMEParfois, souvent, je me demande encore ce que je fais là, spectateur de ma propre attente, parfois, souvent, je me demande.

Et puis je te vois danser sur les hauteurs des gorges de l’ardèche, ton corps  danse dans la valse du mouvement, et puis je te vois descendre la rue du pont d’arc. Et t’exclamer, et je sais que ce n’est pas une attente, mais un vécu. Ce n’est pas une vie sans toi.

 

Pendant que tu es au bureau du chantier, je te regarde frôler mes rêves.

Je ne t’attends pas puisque tu es déjà la.

Je ne t’attends pas puisque tu es toujours là.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s