Une Nuit, un nez, une r??surrection…

La nuit m’appartient, installé confortablement sur la terrasse, je contemple les astres. Ma « cigarette » se consume, miroir absurde. Bientôt moi aussi je constellerais le ciel, une étoile qui nait, une autre qui meurt, quoi de plus naturel et pourtant. Une larme coule sur ma joue. Je guette l’instant qui précipitera ma sortie. Soigner les effets est mon quotidien depuis si longtemps, il n’est pas question de manquer ce dernier rendez-vous. La question n’est pas comment mais quand. J’écrase la cigarette dans le cendrier. Un frisson, à l’intérieur la fête bat son plein, le masque de suffisance et de fierté regagne mon visage. Le vertige avant la chute. Ivre et stupide, lui, 85 kilos pour 1m65 et moi, on c’est battu, le prétexte m’échappe encore…

F

J’ai marché longtemps dans le brouillard , à errer dans le noir. A remplir mon coeur de vide, à vider mon âme sur les trottoirs.

A réussir l’inutile, à observer l’improbable, à passer à côté d’elle, même de l’inoubliable.

A regarder à droite à gauche, sans même fixer le regard. A se convaincre que le mieux c’est d’agir, tout en laissant faire le hasard. A se dire que la vie est ainsi faite, elle est comme « les filles des bars » : avenante au premier abord, mais quand même un peu plus avec des billets… 

Ce soir, le sang bat contre mes tempes et mon cœur explose dans ma poitrine. J’ai accompli ce qu’aucun autre n’a fait depuis plus de deux milles ans. Je me suis ressuscité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s