Une image:

Lyon, métro des égouts. Ligne D. Le ciel gris me plonge dans cette

indétermination d’humeur, quelque part entre le blues et l’espoir de quelque

chose.

 

Je rêve d’une providence. Une Barbara Gould qui sortirait de l’ombre …

 

Comme quand je croise le regard de cette fille, un instant,

 

son image se cristallise et mon coeur manque un battement. Parce qu’à ce moment là, cette seconde, son visage, ce qu’ elle vient de dire, les lignes de ses jolies jambes, ce qu’elle m’a dit hier et qui a laissé dans mon esprit un socle sur lequel viennent se poser les impressions du jour, tout cela, et d’autres choses encore, forment un tableau parfait. Un portrait charmant. Et en ce moment, Je vois l’image

qui s’est imprimée à ce moment T.

 

 

Et cette image masquera tout de ses errements,

de ses doutes, de ses défauts et de ses failles, jusqu’à ce qu’un jour, à un moment T, elle dise ou fasse quelque chose, qui malgré toutes les manipulations mentales possibles, ne pourra que sortir du cadre de ma jolie photo intime. Mon coeur manquera alors un battement. Et le charme sera à jamais rompu.

 

 

Comment elle s’est tatoué une skull. Comment elle a découvert le rap.

Comment elle a changé d’image, et perdu toute qualité.

Et elle m’a rendu mon disque de Miyavi. Et on ne s’est plus revu.

Et pourtant elle est resté dans ma tête. Pendant très très longtemps.

Elle et son T-shirt de Tegan & Sara de Belgique.

Ses cheveux courts et fou.

Son mètre 70 et son piano.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s