Ailleurs,

autofiction.

Index

Une de ces journées où j’en veux à la terre entière où la seule chose qui pourrait me faire plaisir n’existera sans doute jamais.

De rêves en désirs, de promesses en attentes. Il n’y a finalement que « le rien » qui se passe. Je fais du troubleshooting pour des Multinational qui gagnent 10 fois mon salaire, je défonce du réseaux qui font le prix d’un appartement parisien. Je vis dans un monde sans m’en rendre compte puisque je ne pense qu’à être ailleurs, loin, dans ce TER rouillé. J’ai les mêmes pensées qu’à 18 ans quand elle m’as serré chaleureusement dans ses bras derrière une dune dans mon village natif.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s