Vie de Lyonnais:

Je me surprends souvent à rêvasser sur les chansons à l’eau de rose. Des morceaux de musiques réunissant tous les critères de la ringardise, de la parole niaise avec trois accords trop appuyés par des violons de synthèse et une voix faussement chevrotante. Et pourtant… et pourtant, je me fais avoir comme un débutant. Comme un couillon, le cœur serré. Une micro nostalgie s’empare de tout mon être.

Et je m’évade…

 

 

 J’ai mangé un big mac.

 

J’ai les doigts qui puent, une haleine pas très nette voire fétide et une sensation de sucré en bouche. Le lieu est bruyant, rempli d’indigents au décor très sommaire voire commun.

Et pourtant… j’y retourne. Merde quoi, il faut nous bouffions bien. Et équilibré. 5 fruits et légumes par jour.

 

La raison oblige, là où le plaisir libère.  exemple….

 

 

 

 

Quand je regarde un cul passer devant moi alors à une terrasse de café, je regarde un cul passer devant moi alors à une terrasse de café. Pas de trait sur la comète. C’est juste que c’est joli ou pas. Mais rien de plus. Et pourtant… comme tous les garçons plus ou moins taquins, je ne peux m’empêcher de me demander s’il (le cul) est confortable. C’est ainsi. La testostérone et ses effets. Je l’assume et me raisonne. Je n’ai pas le temps de me poser plus la question.

 

Quoi ? c’est vulgaire, déplaçé !  et alors le Vendredi, tout est permis ?

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s